AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est en hiatus.

Partagez | 
 

 Fly like a butterfly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Park Ki Suk

Papillon sans ailes

avatar



Sam 13 Mai - 19:28

Pseudo

prénom - âge - pays
je participe à l'effet papillon : oui / non
célébrité

Park Ki Suk

If I touch you I’m afraid you’d fly away or break, like a butterfly
Âge et lieu de naissance 21 ans, il est né à Cheongju. Nationalité sud-coréen Statut civil célibataire Statut financier aisé Etude / Métier il étudie la psychologie Traits de caractères Ki Suk est un garçon très sociable. Il aime se faire des amis, s'entourer de personnes. Il n'en a pas l'air mais il est très observateur mais ce n'est pas pour autant qu'il est méfiant. Au contraire, il possède un petit côté naïf qui le pousse à croire qu'il y a presque toujours une bonne raison derrière les mauvaises actions de chacun. Il est très ouvert d'esprit et n'hésite pas à se prononcer sur des sujets tabous tel que l'homosexualité ou le féminisme, ce qui parfois peut agacer son père. En parlant de père, il a hérité d'un de ses traits de caractère: la vanité. Ki Suk est très vaniteux. Il s’intéresse énormément à la mode, coréenne ou internationale, et prend le soin de toujours porter des vêtements de marques. Il en  découle un certain narcissisme latent qu'il ne crie pas sur tout les toits mais dont on s’aperçoit très rapidement dans sa façon de se comporter. Secret, il cache très facilement ses émotions lorsqu'elles deviennent trop forte pour lui. Si quelque chose le chagrine, il le passera sous silence mais son attitude sera nettement moins enjouée que d'habitude. Cela renforce d'autant plus son côté rancunier. Cela peut paraître paradoxale avec son côté naïf qui le pousse à croire qu'il y a toujours une bonne raison derrière chaque action mais il part aussi du principe que l'on doit finir par se rendre compte de ses erreurs. Alors il tient des rancunes à certaines personnes, qui pour la plupart ne comprenne même pas pourquoi parce qu'elles ne se sont pas encore rendu compte de leur faute, et il attend patiemment que celles-ci viennent s'excuser. C'est immature de sa part parce qu'il n'a pas encore compris ou qu'il ne veut pas comprendre que la communication est la solution à tout ses problèmes. Ironique pour un étudiant en philosophie, non?Groupe et raison papillon de nuit, parce qu'il a pas peur des nouvelles expériences, que le vent l'emmène là où il veut, l'important est la beauté du voyage.
La famille, c'est la famille Les relations avec son père sont un peu tendues. Leurs avis divergent sur de nombreux points. Autant dire qu'il ne voit pas la vie de la même façon et leurs discussions tournent souvent aux malentendus. Ki Suk est très proche de sa mère qui ne cesse de le chouchouter et de le materner. Il est aussi très proche de son grand frère avec qui il partage une vision de la vie assez identique. Ils sont si proches que leur cercle d'amis ne fait qu'un. Si t'es l'ami de Ki Suk, tu es forcément celui de son frère. La relation qu'il entretient avec sa grande soeur est pour ainsi dire quasiment inexistante. Ils ont très peu d'affinités. D'autant plus que leur personnalité diverge énormément. Chacun fait sa vie et on se contacte qu'en cas d'extrême urgence, voilà comment ça fonctionne entre eux . Rumeur, quand tu nous tiens Il paraîtrait que : Ki Suk se drogue - monsieur le maire n'engage des gens de la famille et des amis proches - monsieur le maire aurait une ou plusieurs maitresses. - le benjamin de la famille, Ki Suk, serait homosexuel - la femme du maire aurait un amant, qui de plus, serait plus jeune qu'elle.Un beau souvenirça remonte à longtemps. ki suk devait avoir sept ou huit ans mais il s'en rappelle comme si c'était hier. la famille park était allée pic-niquer dans les champs bordant la ville. en soit, ce jour n'a rien de vraiment spécial mais la bonne ambiance qui régnait est suffisante pour qu'elle évoque de bons sentiments à ki suk. c'était avant que les relations familiales ne commencent à s'effriter, une époque où il était encore proche de son père et où sa soeur ne s'isolait pas encore.  Un mauvais souvenir il ne date pas de très longtemps. c'est un dîner familiale qui a mal tourné.
ce soir-là la stabilité du couple park a tremblé à cause d'un coup de fil impromptu. ce soir-là la fille aînée était prise de vomissements pour des raisons qu'elle ne connaissait que trop bien.
ce soir-là le cadet était rentré ivre à la maison et s'était endormi la tête près de son plat encore rempli, les cris de la dispute de ses parents ne le dérangeant pas une seconde. ce soir-là, le benjamin avait les yeux rivés sur son téléphone, fixant le dernier message que sa copine, désormais ex, venait de lui envoyer. en somme, ce fut une soirée désastreuse pour tout le monde.
chacun partit se coucher plus tôt que d'habitude, la moitié des plats reposant sur la table encore rempli.



il pleut, il fait nuit, seul le chant des criquets à travers les torrents déferlants provenant des nuages sont encore audibles. à travers sa fenêtre, ki suk peut encore apercevoir les rues vides et les trottoirs inondés. assis à son bureau, la lampe de chevet allumée, le stylo coincé entre ses longs doigts, il laisse ses pensées dériver et ressassent sa journée. il est près de deux heures du matin et c'est le moment de son quart d'heure philosophique. ces heures sombres sont celles où il arrive le mieux à réfléchir, à faire le point. parce que dans ses moments-là, il peut entamer une conversation intime avec ses idées, ses pensées les plus profondes. il écrit, il gribouille, il rature : "aujourd'hui, deux de mes amis ont rompu, et j'ai été le malheureux témoin de cette rupture. a vrai dire, je m'y attendais déjà un peu. je les ai observé et ça fait quelques mois déjà que ça n'allait plus. je pense qu'ils se voilaient juste la face. c'est tellement plus facile quand on a un regard extérieur. la cause officielle de leur rupture est la tromperie. ce qui vaut dire qu'il n'y aurait qu'un seul coupable. je ne pense pas. je pense qu'ils pnt chacun leur  tord. elle aurait du être plus attentive. arrêter de le considérer comme un acquis. lui, il aurait du aller lui parler. lui faire comprendre qu'il se sentait un peu abandonné. un couple se construit à deux. il se détruit ensemble." point. le stylo retombe sur le bureau. il se relit. l'analyse est impartiale. objective. mais que pense-t-il vraiment? moins sur, il reprend le stylo, l'écriture est plus frêle, moins assurée : "je suis pas triste pour eux.
non. je ne ressens aucune peine pour lui ou pour elle. parce que j'ai toujours eu un faible pour elle. j'ai jamais osé lui dire. j'oserais jamais. c'est bête. c'est vraiment idiot comme réaction. mais c'est comme ça que les émotions fonctionnent."
il referme le carnet, replace son stylo dans sa veille trousse en cuir. il baille et s'étire. demain matin il se réveillera la tête sur le bureau, un filet de bave tâchant la couverture du carnet.




"ki suk! venez ici!"

son père se mettait à le vouvoyer et c'était mauvais signe. très mauvais. le pas traînant et la mine déjà renfrognée, il se rendit dans le bureau de son père. l'homme d'âge mûre était assis derrière son bureau, les lèvres pincées et le regard fusillant une photo. ki suk annonça sa présence en toquant sur la porte, son père lui fit signe de la fermer et de s'avancer. ki suk s'arrêta à mi-chemin entre la porte et le bureau. Qu'allait-il lui reprocher de nouveau? Ces derniers temps leurs conversations ne tournaient qu'autour de reproches. Leur relation se dégradait à vue d’œil. la photo que monsieur park tenait se retrouva plaqué contre la paroi du bureau, se révélant ainsi aux yeux de ki suk. il eut un mouvement de recul instinctif. ses yeux restèrent fixés sur la photo se remémorant cet instant. Il comprenait à présent pourquoi son père avait l'air si furieux. ki suk se gratta l'arrière de la tête.

"ki suk! j'attends vos explications!"

Encore ce vouvoiement glaçant. qui mettait un écart de plus entre eux.

"ben ... je pense que c'est assez clair, non?"

"qu'est-ce qui est assez clair? que mon fils est un homo qui va à seoul pour se pavaner dans cette stupide gay pride?! c'est ça que tu veux? que toute la ville dise que le fils du maire est un putain de gay?!"

les poings serrés, les dents qui grincent, la voix qui devient plus rauque, ki suk bouillonne  intérieurement. autant que son père.

"Je.suis.pas.gay. combien de fois faudra-t-il que je te l'explique? j'accompagnais un ami. on a pas besoin d'être gay pour ne pas être un connard d'homophobe!"

il n'a pas vu à quel moment son père a quitté son bureau, ni à quel moment ce dernier est arrivé devant lui et lui a mis une gifle. Il a juste ressenti la brûlure et son cou craquer sous la pression.

"jeune homme, baissez le ton immédiatement!
dorénavant, tu ne quittes pas cette ville sans ma permission et tu as intérêt à régler cette histoire de rumeur. gare à toi si j'entends encore des conneries pareilles. compris?"


c'était ridicule. mais il hocha la tête et sans plus attendre quitta les lieux. comment avait-il su? quel était l'enfoiré qui lui avait fourni ces photos. ça n'aurait jamais du quitter séoul. il sort de la maison parce qu'il étouffe. il part se perdre dans les dédales de la ville, se fumer une clope.

foutue famille.



Voir le profil de l'utilisateur
Bang Hyo Jin

Papillon sans ailes

avatar



Jeu 25 Mai - 11:17

Oh, le cutie pie


When someone lies to you, it’s because they don’t respect you enough to be honest, and they think you’re too stupid to not know the difference.
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fly like a butterfly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bois butterfly maze off
» Butterfly Sriver G2 FX 2.1 mm Noir
» Vends bois ( Butterfly, Nittaku)
» Butterfly Tackiness Drive 1,9 mm noir.
» bois butterfly Schlager Carbone OFF+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
butterfly effect :: 
Ecrire son histoire
 :: Je suis parfait(e) :: Nos (très) chers habitants
-
Sauter vers: